top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurOcéane Weil

Hiver, froid, vitamines et microbiote

par Océane Weil, nutritionniste, guide nature et ingénieur cosméto


Petit billet d’humeur où je vous parlerai hiver, sylvothérapie, microbiote, vitamines naturelles de nos aliments et autres...



D’après le calendrier, nous sommes toujours en plein cœur de l’hiver.




Et il n’est pas vraiment besoin du calendrier pour faire ce même constat, maintenant que chaque journée reste teintée d’épais manteaux et écharpes…

L’humidité, quand elle est de mise via une fine bruine ou une forte averse, rajoute encore à l’impression de froid, et cet hiver semble n’en plus finir !

Pourtant… les jours rallongent, c’est un fait : depuis Noël, nous grignotons chaque soir quelques minutes de plus sur la tombée de la nuit…


Alors comment profiter au mieux de ce que cette saison peut offrir ?


Cet article vous donnera mon avis tout personnel et quelques retours d’expérience pour bien profiter de l’extérieur en famille par tous les temps, puis vous prodiguera des conseils pour rester en forme et booster votre immunité en cette saison réputée pour ses maladies !


« Il fait un temps à ne pas mettre le nez dehors ! »



Vraiment ?


Question de point de vue… Ou plutôt, question de culture et d’habitudes : nos voisins des pays Nordiques pensent bien autrement, eux qui font faire leur sieste à leur bébés dans leurs poussettes laissées dehors, bien emmitouflés dans leurs couvertures, afin de les fortifier.

Là-bas, il y a même un proverbe qui dit « Il n’y a pas de mauvais temps, que des mauvais vêtements »1. Autrement dit, on sort par tous les temps, il suffit de bien s’équiper !

Le problème dans nos contrées est que nous ne savons plus vraiment faire face aux aléas climatiques.

Alors on applique la « technique de l’oignon » :

superposer plusieurs couches de vêtements fines, plutôt qu’une seule couche épaisse. En effet, l’air retenu entre 2 couches de vêtements joue un rôle isolant non négligeable !





Et pour les enfants, on finit bien sûr avec une couche imperméable puisque ça va forcément passer par le sol - toujours humide en cette saison - à un moment où un autre !


J’aime beaucoup les salopettes en matière type K-way à enfiler rapidement par-dessus les vêtements (un classique chez nos voisins allemands!).

Très bien aussi pour des durées plus longues, la combinaison imperméable

Une rapide recherche Google « salopette imperméable pour enfant » et « iELM » vous plongera dans l’embarras du choix ;)




On sait à quel point « l’extérieur » est bien plus bénéfique au développement harmonieux de nos bambins que n’importe quel parc éducatif ou aire de jeux en intérieur : les stimulations y sont plus riches, la sensorialité est décuplée, et les effets sur le moral et le bien-être ont été maintes fois démontrés via les désormais célèbres « bains de forêt » chez les adultes. Sans citer les nombreuses études santé (effet préventif sur la myopie,…)


Alors vraiment, la météo ne devrait plus être un (aussi gros) frein pour en profiter. Sortez couverts !


Pour les adultes, les bains de forêt ont été popularisés par la pratique du « Shirin-Yoku », tout droit venue du Japon. Bien au-delà de simples croyances ou effet placebo, la science a démontré que certains arbres émettent des molécules qui, inhalées, pourraient directement avoir un effet « bonheur » sur notre cerveau.





Et comment renforcer sa propre immunité


face aux maladies hivernales ?



Déjà, en tant que Nutritionniste2, mon premier conseil sera : éviter les carences alimentaires !





En particulier

des vitamines suivantes,

partenaires clés du système immunitaire :





1 - vitamine C


(le paragraphe suivant est extrait de mon livre sur la cueillette des plantes sauvages 3, que vous pouvez retrouver auprès de moi et mes partenaires locaux, ou encore en ligne) :

« Cette vitamine aussi appelée acide ascorbique est un anti-oxydant majeur pour nous, mais nous sommes incapables de la produire : elle doit donc obligatoirement nous être apportée par notre alimentation.

Elle est uniquement produite par les végétaux vivants, en cours de croissance. Dès lors que l’on cueille une plante, cette vitamine s’oxyde, se dégrade, et disparaît progressivement.

On estime que les légumes actuellement offerts à la vente - cueillis depuis plusieurs heures / jours / semaines avant d’arriver sur nos étals - ont perdu la majorité de leur vitamine C. »


De plus, sous l'effet de la chaleur la vitamine C est détruite, on estime que lors d'une cuisson, plus des deux tiers de la vitamine C initialement contenue dans l'aliment disparaît


Il faut donc manger des crudités, mais des crudités fraîchement récoltées.


Où trouver la vitamine C ?


- dans les fruits et légumes frais. Tous les fruits et les légumes contiennent une petite portion de vitamine C, les plus riches sont le kiwi et la goyave . Viennent ensuite les agrumes (citron, orange et clémentines sont de saison!), puis les baies.

Et également les légumes à feuilles vertes, en particulier les choux, le brocolis et enfin le poivron.





-

Une autre manière de se procurer de la vitamine C est de consommer des plantes aromatiques tout juste cueillies, que vous aurez eu l'occasion de faire pousser sur une balconniere ou même dans un pot à la maison. Le persil en contient particulièrement..


- Vous pouvez également pour la même raison vous tourner vers la cueillette de plantes sauvages. Attention cependant à ne pas vous lancer sans connaissances, pour éviter de récolter par erreur une plante toxique, voire mortelle. Vous pouvez me rejoindre sur une balade botanique pour apprendre à les reconnaître 3,4


Mon livre pour démarrer la cueillette des plantes sauvages, paru en juin 2022 :




- dans les graines germées.

Très faciles à faire germer à la maison pour une version fraîche et économique, ou bien à se procurer dans le commerce. Encore « vivantes » ces graines continuent de synthétiser de la vitamine C car elle ne sont pas « cueillies ».







La lactofermentation

est une «technique ancestrale [qui] permettait de conserver les légumes de saison pour les déguster plus tard, quand les ressources alimentaires viendraient à manquer. Encore très utilisée en Asie et en Europe de l'Est, elle revient à la mode en Europe de l'Ouest : la lactofermentation est une technique de cuisine "vivante", qui permet de conserver les légumes et les plantes sauvages en qualité « crue » (richesse en vitamine C), tout en enrichissant naturellement la préparation en prébiotiques et en probiotiques.

Elle peut se pratiquer n’importe où, sans chauffage ni matériel spécifique. C’est ainsi que sont préparées traditionnellement les feuilles de vigne pour former des rouleaux de riz aromatisés, les olives (recettes du pourtour méditerranéen), ou encore la choucroute. » 3

La lacto-fermentation présente en outre le gros avantage d'augmenter les apports nutritionnels des bocaux en en prébiotiques et des probiotiques qui sont évidemment d’excellent complices d’une bonne immunité.

Attention, tout ceci n’est valable que pour des bocaux non-pasteurisés.


nb : Si vous souhaitez être accompagné pour démarrer vos lactofermentations, je propose un atelier à Maisons Laffitte le dimanche 19 mars (5)






2 -vitamine D :


On la trouve dans les matières grasses animales comme le foie, les poissons gras, huile de poisson et foie de poisson : la plus connue étant l’huile de foie de morue, mais également le saumon, la sardine, le maquereau, le hareng


De nombreux produits sont enrichis en vitamine D : vérifiez sa présence dans la liste des ingrédients. Ce sont par exemple les produits laitiers ou les céréales du petit-déjeuner, ou encore les boissons au soja.


La vitamine D

est également synthétisée par notre peau sous l'effet des UV du soleil.


Il convient donc de s'exposer raisonnablement au soleil (on en revient à sortir à l’extérieur…!)


Saviez-vous que dans l'hémisphère nord 80 % de la population est carencée en vitamine D, notamment par défaut de soleil et parce que nous passons nos vies en intérieur ?

Pour cette raison, votre médecin traitant vous prescrit souvent une ampoule de vitamine D à prendre en hiver, ou alors des gouttes quotidiennes.

3 - vitamine A :

on la trouve à nouveau dans le foie, les matières grasses animales, mais également dans tous les fruits et légumes orangés : carottes, poivrons, tomates, abricots, mangue, et aussi les épinards et le cresson.



4 - vitamine B6

est présente principalement dans les céréales complètes (pain


complet, pâtes complètes, riz complet, millet, épeautre, sarrasin ...) et la viande.



Mais encore....

Il conviendra également de prendre soin de votre microbiote (autrefois appelé « flore intestinale ») :

Saviez-vous que vous hébergez au sein de votre intestin environ 2 kilos de bonnes bactéries qui préservent votre immunité et aident votre digestion ?

Les aliments fermentés et en particulier les légumes lactofermentés (non pasteurisés, c’est essentiel !) sont riches en probiotiques. Les prébiotiques – on appelle ainsi les nutriments préférés des probiobiotiques - sont quant à eux principalement présents dans les légumes.





Côté alimentation, il est enfin est utile de limiter la consommation d’« A.U.T » ou « aliments ultra-transformés », c’est à dire les produits industriels : ils perturbent l’équilibre de votre microbiote intestinal.

Dans tous les cas, vérifiez les étiquettes pour traquer dans la composition les additifs, le sucre et les acide gras « trans ».

Une conférence inédite sur le sucre, et les sucres sous toutes leurs formes est d’ailleurs prévue avec Éclore le 29 mars 6



Quand les microbes pointent le bout de leur nez, tisanes aux plantes et huiles essentielles peuvent également être d’un grand secours pour toute la famille. Des « remèdes de grand-mère » comme des infusions de plantes locales (plantes méditerranéenne : thym, romarin, sarriette, sauge…), le recours au produits de la ruche, ou le détournement de légumes de notre cuisine (ail, oignon…).

Cependant, des contre-indications existent, en particulier concernant les huiles essentielles pour les jeunes enfants : il convient donc de se former véritablement auprès d’un spécialiste ou de consulter un professionnel de santé.


Avec tous ces conseils je vous souhaite de rester en bonne santé et de traverser l'hiver en toute sérénité !


Pour ne rien rater de mes prochaines publications, articles et actualités, inscrivez vous à ma newsletter en page d'accueil, et suivez-moi sur les réseaux sociaux @oceane.nature.



Notes et renvois :



1 C'est un proverbe Suédois. Et Norvégien. Et probablement de tous les pays nordiques en fait :)



2 Océane Weil, nutritionniste, guide nature et ingénieur cosmétologue, spécialisée en prévention santé et bien-être au naturel. Intervient auprès des particuliers, écoles et entreprises comme formatrice/consultante, coach, enseignante, autrice et conférencière.


3 Ce paragraphe est extrait de mon livre paru en juin 2022 : « Usages traditionnels des plantes sauvages : comestibles, médicinales.... Guide de terrain pour l'identification et la cueillette », préface de François Couplan.

Il est disponible auprès de moi, de mes partenaires locaux Graine de Gourmandise (78), dans la boutique nature de la Maison du Paysage (61), ou en ligne chez mon imprimeurMade in France


4 j’organiserai de nouvelles balades botaniques pour les particuliers au printemps, mais vous pouvez faire votre propre balade avec mon livre d’ici là


5 atelier lactofermentation du 19 mars : infos & inscriptions ici


6Conférence-débat sur le sucre le 29 mars à Maisons Laffitte et en visio : infos et inscriptions sur www.eclore.org

81 vues0 commentaire

Comments


bottom of page